MINUTE

En vente cette semaine

cliquez sur l'image

Minute 2772
A+ A A-

Ce que l’affaire Maxence Buttey révèle du Front National

La conversion à l’islam de Maxence Buttey, un jeune élu local du Front national, a été révélée samedi dernier par « Le Parisien ». L’histoire pourrait être traitée rapidement et analysée comme l’errance personnelle d’un élu sur les quelque 1 500 conseillers municipaux que compte le FN. En réalité, cette conversion, en particulier dans les réactions qu’elle suscite, révèle certaines tensions idéologiques et le manque de clarté de certains dirigeants du FN sur l’islamisation de la France.

Car ce dont témoigne la conversion de Maxen­ce Buttey, élu FN de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, c’est bien de l’islamisation de notre pays. Le phénomène des conversions de jeunes « Français de souche » a été largement commenté dans le cadre des départs de jeunes « Français » pour le djihad en Syrie ou en Irak. Voici donc désormais qu’il touche jusqu’au sein du parti de Ma­ri­ne Le Pen ! Et ce faisant, il vient interroger en profondeur le Front national sur sa ligne politique quant aux questions identitaires et civilisationnelles.
Alors que le FN n’était parvenu à présenter que deux listes en Seine-Saint-Denis, celle menée par Maxence Buttey à Noisy-le-Grand, une autre menée par un militant historique, Daniel Bousselaire, à Rosny-sous-Bois, l’annonce de la conversion de la jeune tête de liste – Maxence Buttey a 22 ans – a de quoi décontenancer. D’autant qu’elle touche un jeune homme qui figurait en 22e position sur la liste conduite par Aymeric Chauprade lors des élections européennes ! On fera grâce à Chauprade de croire que ce candidat lui fut imposé… Mais il y avait pourtant quelques signes qui auraient pu alerter les instances du parti en amont.

Des certitudes sur le Coran…
On se souvient du tollé médiatique qu’avait provoqué Marine Le Pen en dé­cembre 2010 lorsqu’elle avait considéré les prières de rue comme une « occupation » du territoire. Propos assumés et réitérés en juillet 2013 sur LCI. Maxence Buttey, dont il faudra bien qu’on nous explique comment il est de­venu tête de liste, ne partage manifestement pas l’avis de la présidente puis­que, le 16 mars 2014, à quelques jours du premier tour des élections municipales, c’est justement lors d’une de ces « occupations du territoire » qu’il est allé faire campagne !
On peut ainsi découvrir sur sa page Facebook une photo où on le voit en grande discussion avec un homme
– sans doute l’imam – pendant que de très nombreux musulmans sont agenouillés en pleine rue, et en pleine prière. La photo est assortie d’un commentaire enthousiaste : « Nombreuses rencontres avec les Noiséens cette semaine. Chaleureuse rencontre avec la communauté musulmane. » Très chaleureuse même a priori, puisque si l’on en croit l’article de nos confrères du « Parisien », c’est no­tamment lors de ces rencontres et de ces discussions avec l’imam de Noisy pendant la campagne des municipales qui l’a décidé à se convertir, en juillet dernier.
Pourtant il aura fallu attendre que Maxence Buttey tente d’éclairer les infidèles peuplant (encore) les instances du FN 93 sur sa nouvelle religion pour que ça commence à coincer. « J’étais au courant de sa conversion depuis quelques mois, mais je considère que le mail envoyé à plusieurs responsables est prosélyte » déclare ainsi à « Metro » le tout jeune (19 ans) secrétaire départemental de Seine-Saint-Denis, Jordan Bardella.

…et des doutes sur l’affaire Merah
Début octobre, Maxence Buttey a en effet envoyé aux responsables départementaux du parti une vidéo intitulée « Les miracles du Coran », qui prétend que le « livre sacré » présente déjà de nombreuses découvertes scientifiques, apparues depuis, qu’il était impossible de connaître il y a 1 400 ans. Ce qui tendrait donc à prouver qu’il est un don d’Allah à Mahomet et aux hommes.
Il aura donc fallu attendre la diffusion de cette vidéo très exaltée, comme l’est désormais Maxence Buttey, pour que ce dernier soit suspendu. Il aura d’ailleurs plus exactement fallu attendre que Didier Labaune, membre du bu­reau départemental du FN et ancien élu du PartirRadical de Borloo à Saint-Denis, révèle lui-même cette affaire aux médias pour que des sanctions tombent. Pour lui aussi d’ailleurs, puisqu’il a été, comme Maxence Buttey, suspen­du de ses responsabilités départementales, le FN lui reprochant d’avoir rendu public les événements ! Au FN, on au­rait manifestement préféré laver la djellaba en famille !
En tout cas, ce n’est donc pas sa con­version à l’islam que l’on reproche à Maxence Buttey, mais son « prosélytisme » à travers l’envoi de cette vidéo. Plus étonnant, aucun cadre du parti n’a jugé utile de commenter les doutes émis par Maxence Buttey sur « la version officielle des attentats du 11 septembre 2001 » ou le « flou autour de l’affaire Me­rah ». Le FN sait décidément renouveler ses conspirationnistes…

Triomphe et impasse du relativisme
« Attention ce n’est pas la conversion qui nous pose problème. Nous avons un principe au FN auquel nous tenons vraiment qui est de ne pas mélanger la politique et le religieux. Ce qui nous a dérangé est le fait qu’il y ait une action de prosélytisme », a ainsi répété sur le plateau de France 3 Gaëtan Dussausaye, tout nouveau Di­recteur national du Front national de la jeunesse (FNJ). « Est-ce que vous auriez eu la même attitude vis-à-vis d’un catholique ? » lui lance alors un journaliste, voyant très bien la faille dans son argumentation. « Bien sûr, s’il y avait vraiment une posture de prosélytisme », répond Dussausaye… Et le second journaliste d’enchaîner en citant par exemple Alexandre Simonnot, responsable du FN dans le Val d’Oise et catholique revendiqué.
Voici notre jeune ami Dussausaye bloqué, piégé, par une rhétorique strictement laïque, voire laïcarde, qui ne peut suffire à appréhender le problème. Car non, en France, professer sa foi catholique et se convertir à l’islam, ce n’est pas tout à fait la même chose. D’ailleurs, il est important ici d’opérer dans l’analyse une distinction entre la foi, personnelle et intime, et la religion qui est aussi une marque collective et qui recouvre – et c’est d’autant plus vrai dans le cadre de l’islam qui est à la fois dogme religieux et cadre juridique – des aspects identitaires et politiques.
C’est très opportunément à l’occasion de la venue de Florian Philippot dans le département que « Le Parisien » a décidé de rendre publique l’affaire, ce qui a donc permis au vice-président du FN de commenter lui aussi, expliquant que c’était désormais à la commission des conflits de décider et que ce prosélytisme – s’il était démontré ! – n’était pas acceptable, « quelle que soit la religion d’ailleurs ». Relativisme quand tu nous tiens !
Lors de ce déplacement en Seine-Saint-Denis, Florian Philippot a aussi af­firmé : « Nous avons l’ambition d’être beaucoup plus présents dans les banlieues. Des banlieues patriotes pour une France patriote. » Philippot, qui croit que l’histoire du FN a démarré en 2 011 avec son arrivée tout comme il croit que celle de la France a commencé en 1 789 avec la Révolution, ne le sait probablement pas, mais les banlieues patriotes, ça a existé. C’était dans les années 1990, lorsque l’électorat populaire s’est tourné vers le FN face à la pression de l’immigration et de l’islamisation. En 1989, le FN avait présenté 30 listes en Seine-Saint-Denis lors des élections municipales, et 40 en 1995.
C’était aussi avant que la plupart de ces électeurs finissent eux-mêmes par partir, lassés de devenir étrangers sur leur propre terre. Philippot l’énarque ne devrait pas avoir de mal à lire les courbes électorales du FN dans le « neuf-trois » Un département où si le FN a désormais autant de mal à constituer des listes, c’est sans doute parce qu’il ne reste plus beaucoup de Français pour aller se porter candidats.

Un mauvais calcul électoral
Il est assez piquant de voir que ce sont les plus farouches partisans de l’assimilation, comme Gaëtan Dussausaye ou Florian Philippot, qui semblent les plus tolérants vis-à-vis de cette véritable assimilation à l’envers que constitue la conversion à l’islam de Maxence Buttey. S’enfermant dans une vision uniquement administrative de la nationalité, qu’ils semblent découpler to­ta­lement de la notion d’identité, ils se retrouvent pris au piège et en viennent finalement à se faire les ultimes cautions d’une simple version « républicaine » du multiculturalisme.
On aurait envie de renvoyer le gaulliste Philippot à ses classiques, et no­tamment à la définition du peuple français par le « général » : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. » En matière d’assimilation, le cas d’un Karim Ouchikh, nouveau « président » du Siel, ou d’une Charlotte Soula, brièvement chef de cabinet de Ma­rine Le Pen, tous deux d’origine musulmane et convertis au catholicisme, nous semblent relever davantage de cette logique que le cas de Maxence Buttey. Le flou idéologique entretenu par certains au FN n’est pas étranger à cette situation. Le manque de clarté a aussi participé à laisser penser au converti qu’il avait sa place dans le parti… ou au frontiste qu’il avait sa place dans une mosquée.
Rappelons enfin quelques chiffres à tous ceux qui, dans l’entourage de la présidente du FN, se piquent de stratégie, voire de machiavélisme. Toutes les enquêtes démontrent que ce sont au maximum 2 à 3 % des électeurs musulmans qui se sont tournés vers la candidature de Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle 2 012. En revanche, dans un sondage Ipsos de janvier 2013, 74 % des Français interrogés déclaraient juger l’islam « incompatible avec la société française », un résultat majoritaire parmi tous les électorats avec par exemple 59 % des sondés se déclarant socialistes et 67 % de ceux se déclarant Front de gauche.
Pour dire les choses plus clairement : pour élargir son électorat, le FN gagnerait surtout à clarifier et harmoniser son discours sur l’islamisation, à la manière de l’ensemble de ses partenaires européens, plutôt qu’à apparaître en recul sur la question. Il y a plus d’électeurs estimant l’islam incompatible avec la société française et ne votant pas FN à aller séduire que de musulmans qui pour­raient voter pour le « camp patriote ».
Si le cas de Maxence Buttey est isolé, la réaction réelle du parti, notamment lorsque son cas sera étudié devant la com­mission des conflits fin novembre, sera en revanche tout à fait significative. Comptez sur « Minute » pour y être attentif et vous en informer. Laissons le mot de la fin à Maxence Buttey lui-même, finalement assez lucide lorsqu’il déclare dans « Le Parisien » : « Je sais que certains de mes électeurs seront déçus par mes choix. » Un peu plus que ça même. Dans l’enquête Ipsos de 2 013 citée précédemment, les sondés se ré­clamant du FN étaient 94 % à considérer l’islam incompatible avec la société française !
Il ne manquerait plus que les électeurs de Noisy-le-Grand ayant voté pour la liste conduite par Maxence Buttey engagent une action de groupe con­tre le FN… pour « tromperie sur la marchandise » !    


Lionel Humbert

Dernière modification le

Les derniers numéros

Minute 2772
Minute 2771
Minute 2770
Minute 2769
Minute 2768

A découvrir

924_Page_01.jpg

Recevoir les infos et promos

tous-les-numeros

pub1

Suivez-nous

© 2012-2013 - ASM - Tous droits résérvés

Connexion ou Enregistrement

Identification