MINUTE

En vente cette semaine

cliquez sur l'image

Minute 2810
A+ A A-

Entretien avec Bruno Gollnisch, député européen (FN) « Il y a un moment dans la vie où il faut faire des choix »

C’est officiel : Bruno Gollnisch a rendu sa toge d’universitaire de la faculté Lyon 3. Le président du groupe FN au conseil régional de Rhône-Alpes et député européen évoque pour nous sa nouvelle vie.

« Minute » : Pourquoi avez-vous quitté l’université Lyon 3 ?
Bruno Gollnisch : Il m’était de plus en plus difficile de cumuler mon enseignement universitaire et l’exercice de mon activité politique. Il y a un moment dans la vie où il faut faire des choix. Paradoxalement, libre de mes horaires, je le se­rai davantage pour un travail de ré­flexion. J’envisage d’écrire sur les relations Orient-Occident, sur l’a­ve­nir prévisible de nos sociétés et sur les enjeux auxquels la France devra faire face à court ou moyen terme.

Vous avez été interdit de cours pendant cinq ans en 2006. Vous enseignez de nouveau depuis 2 011. Est-ce aujourd’hui un départ forcé ou totalement volontaire ?
Personne ne m’a poussé à pren­dre cette décision. Je l’ai prise tardivement et à regret, mais je pense que c’était le bon choix. Mon retour n’avait suscité qu’une seule manifestation – purement politicienne –, ve­nant de la quarantaine d’organisations habituelles, politiques, syndicales extérieures à l’université. J’ai fait cours cette année 2011-2012 de bout en bout, sans aucun problème, et je crois avoir eu d’excellentes relations avec mes étudiants.
Pouvez-vous nous parler de l’Alliance européenne des mouvements nationaux que vous présidez ?
Nous avons voulu créer une sor­te d’union des patriotes. A la gran­de fureur de nos adversaires, nous remplissons les conditions re­quises, et nous leur arrachons donc toute une partie de la manne qu’ils entendaient se réserver. Jean-Ma­rie Le Pen et moi sommes mem­bres de l’AEMN. Marine Le Pen est mem­bre d’une autre organisation, mais je crois que cela ne nuit pas à notre action, ni à notre in­fluen­ce.

Quels sont les projets de cette Alliance ?
Nous organisons des rencontres régulières, comme récemment à Hedervar en Hongrie. Nous voulons aider diverses organisations à participer à des campagnes, telle celle visant à demander un referendum sur le nouveau traité europé­en. Nous voulons lutter en commun contre la désinformation qu’on nous oppose.
Nous venons de créer une fondation qui va organiser colloques et symposiums exposant notre point de vue sur des questions ha­bituellement biaisées telles que les questions énergétiques, le développement du tiers-monde, les personnes âgées, la défense de la fa­mille, le protectionnisme, etc.

Martin Schultz, l’actuel président du Parlement européen, a déclaré craindre « une Europe coupée en deux ». L’Europe va-t-elle si mal ?
La réponse est oui. Le cadre incroyablement contraignant de l’Union européenne aujourd’hui est évidemment inadapté à la diversité des situations économiques et des intérêts des Etats membres. A moins évidemment que l’on n’augmente encore les con­traintes qui pèsent sur eux, les réduisant définitivement en servitude. Il n’y avait pas besoin d’être un expert pour prévoir qu’on en arriverait là.

L’Europe a reçu le prix Nobel de la paix. Cela vous semble-t-il mérité ?
Je suis sceptique à l’égard de ce prix, fondé par un homme [Alfred Nobel, ndlr] qui fit fortune comme fabricant d’explosifs, notamment militaires. De surcroît, quand on voit certains de ses lauréats, com­me par exemple le ministre nord-vietnamien des Affaires étrangères, Le Duc To, on peut s’interroger sur la pertinence des critères d’attribution de ce prix… Mais le comble du ridicule est atteint quand on sait que cette nomination est décernée par un panel de politiciens norvégiens, dont le pays a, par deux fois, sagement décidé par referendum de ne pas adhérer à l’Union européenne, et qui s’en trouve très bien aujourd’hui !

Selon vous, l’Europe peut-elle sortir de la crise ?
Il faudrait prendre une direction radicalement différente : construire une organisation internationale souple et moins coûteuse, et non ce « Super-Etat » qui prétend tout ré­glementer. Il faudrait lancer des co­opérations dans le domaine industriel, culturel, de la recherche ou des transports. Mais sur la base de programmes précis et quantifiables quant à leurs coûts, et sur lesquels les citoyens puissent se former un jugement, au lieu de cette intégration forcée. En un mot, cela supposerait que les eurocrates soient ca­pables de constater enfin qu’ils ont fait fausse route, et de prendre le chemin opposé. On peut rêver…
Propos recueillis par Yann Sparfell

Informations supplémentaires

  • Publié dans le numéro : 2588

Les derniers numéros

Minute 2810
Minute 2809
Minute 2808
Minute 2807
Minute 2806

A découvrir

936_Page_01.jpg

Recevoir les infos et promos

tous-les-numeros

pub1

Suivez-nous

© 2012-2013 - ASM - Tous droits résérvés

Connexion ou Enregistrement

Identification